Communiqué de Presse : Les Internes de Médecine Générale franciliens répondent à France 2 suite au reportage sur la formation des médecins

Paris, le 11 avril 2017,

Le 20h de France 2 du vendredi 7 avril 2017 présentait un reportage sur les étudiants faisant leurs études de 1er et 2ème cycle de médecine à Cluj en Roumanie, et plus généralement sur les étudiants faisant leurs études de médecine en Europe.

Le problème, c’est que les journalistes ont tout mélangé … !

Le Syndicat Représentatif Parisien des Internes en Médecine Générale (SRP-IMG) se doit de rétablir la vérité face aux approximations rapportées par ce reportage.

1- Ils annoncent « 25% des médecins seraient formés à l’étranger » sauf que le reportage ne concerne que des étudiants de 2ème cycle passant les ECN (Epreuves Classantes Nationales) et réintégrant le cursus des études médicales françaises en 3ème cycle (pour être internes).
Ces chiffres sont FAUX !
France 2 fait l’amalgame entre médecins thésés étrangers (Européens et hors-Europe) venant en France pour exercer dans les déserts médicaux, et les internes non thésés qui intègrent le 3ème cycle à l’issue des ECN.
=> Selon un rapport de la DREES (Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques) publié en mars 2017, 8110 étudiants se sont présentés aux nouvelles iECN 2016 et parmi eux, 335 étudiants issus de facultés européennes, soit 4,1%.
De même en 2015, selon l’étude présentée par ces mêmes journalistes dans le reportage (« Résultats des épreuves classantes nationales (ECN) 2015 ». Damien Jolly et al. Presse Med. 2016; 45: 133–152), on dénombrait 296 étudiants issus de facultés européennes soit 3,3% de la promotion d’alors.
En Ile-de-France, en Médecine Générale, les étudiants issus des facultés européennes représentaient 10% de la promotion des néo-internes de novembre 2016, puisqu’ils ont été affectés préférentiellement dans cette spécialité et cette région. C’est le taux le plus élevé de France d’internes ayant fait leur 2ème cycle dans un autre pays d’Europe. Il n’a jamais été question de 25% d’internes issus de facultés européennes !
=> Ne mélangeons pas tout ! Ces chiffres annoncés par les médias ne font pas la distinction entre internes, médecins ayant soutenu leur doctorat hors de France et médecins ayant étudié dans des pays européens ou hors d’Europe.

2- Il n’a nulle part été fait la différence entre l’origine et le cursus de tous ces étudiants faisant leur 2ème cycle des études médicales hors de France. Or certains sont, comme le reportage le montre, des Français s’étant expatriés quelques années pour contourner le concours sélectif de la 1ère année de médecine, d’autres sont des internes originaires de divers pays d’Europe, maîtrisant plus ou moins la langue française.
=> Toutes ces disparités sont à prendre en compte car les problématiques qui en résultent et les solutions à trouver sont bien différentes.

3- Le reportage stigmatise les internes issus de facultés européennes, en mentionnant que « moins de 10 % d'entre eux atteignaient la moyenne générale de 500 points sur 1000 » aux ECN 2015 selon l’étude citée ci-dessus.
Or ces étudiants « européens » n’ayant pas eu la moyenne représentaient 3% de la totalité de la promo des futurs internes en 2015.
Et à ces mêmes ECN 2015, 19% de la totalité des étudiants (même issus de facultés françaises) ont eu moins de la moyenne aux épreuves, soit plus de 1600 internes, soit presque 1 futur médecin sur 5…
=> Il n’y a donc pas que des internes issus de facultés européennes dans le lot.
Et surtout les ECN ne sont pas un examen discriminant pour déterminer la compétence des futurs médecins formés en France, à l’inverse du Certificat de Compétence Clinique (CCC) que les étudiants se doivent de réussir (dans les facultés françaises uniquement) avant le passage des ECN. Donc ces statistiques sont à interpréter en connaissance du contexte actuel.
=> L’Europe doit réfléchir à la mise en place d’un examen en amont des ECN pour tous les étudiants se présentant à cette épreuve, ainsi qu’un examen de langue française, la médecine étant une profession essentiellement clinique dont l’essence même réside dans le contact avec le patient.

4- Les internes en général sont vus par les médias et les administrations comme des « bouche-trous ». Comme le dit le journaliste de France 2, les internes « européens » vont « combler la pénurie de médecins formés en France ».
Il ne faut pas oublier que cette pénurie est essentiellement due à l’effondrement du numerus clausus de la 1ère année de médecine entre 1977 et 2003 avec jusqu’à 60% d’effectifs en moins entre 1991 et 2000…
=> Pour certains, l’interne qui travaille parfois jusqu’à 60h par semaine voire plus (étude ISNI 2016) est une main d’œuvre facile et peu chère : le Parisien le 27 mars 2017 titre « Villeneuve-la-Garenne : trois repreneurs pour l’hôpital Nord 92 » et dans son article on peut lire « dans ce cas, un rapprochement avec le centre de Gennevilliers serait envisagé, pour employer des internes, moins chers ».
Les internes ne sont pas des pions ! Ce sont des personnels médicaux avec plus de 6 ans d’études derrière eux, qui agissent sous la responsabilité de médecins séniors.

5- Les internes ne sont pas des enfants. Cette méthode qui consiste à exposer par la voie des médias un problème concernant les internes, notamment ceux de Médecine Générale d’Ile-de-France (puisque les premiers concernés ici), sans réponse possible de leur part ni partie du reportage consacrée à l’avis du syndicat représentatif des internes de Médecine Générale d’Ile-de-France (qui avait aidé à gérer le problème en 2016) est simplement infantilisante.

6- Pourquoi faire ressortir aujourd’hui une « affaire » (celle des internes de Juvisy et Villeneuve-St-Georges) vieille de plus d’un an, si ce n’est pour décrédibiliser le statut de l’interne et son engagement professionnel, au moment même où les internes de France annoncent déposer un préavis de grève nationale relatif à la réforme du 3ème cycle ?

La question se pose en tout cas…
Pour le SRP-IMG,

Marie BARON – Présidente, president@srp-img.com, 06 31 56 14 93
Florence PASQUIER – Vice-Présidente chargée de Communication, communication@srp-img.com

CDP au format pdf : CDP20170411

Avancée majeure dans la Réforme du 3ème cycle

En tête (1)

Thierry MANDON annonce un DES de Médecine Générale d’une durée de 3 ans dès 2017.

Thierry MANDON, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche représenté pour la première fois au Congrès de l’ISNAR-IMG, au cours de cette 17ème édition, a pu annoncer au cours d’une allocution vidéo au sujet de la réforme du troisième cycle des études médicales que : « La maquette de formation, d’une durée de 3 ans vous délivrera un Diplôme d’Etudes Spécialisées. Cela vous donnera une véritable reconnaissance de spécialité médicale » puis « votre formation d’interne comprendra des stages en ambulatoire d’une durée d’au moins un an ».

Ces mesures, qui seront mises en place dès la rentrée 2017, sont des positions défendues par l’ISNAR-IMG depuis plusieurs années. [...]

Florian SAVIGNAC, Porte Parole de l’ISNAR-IMG.

 

La voix des internes de Médecine Générale, portée par l'ISNAR-IMG, notre Intersyndicale nationale,  a donc été entendue par le ministère qui a entériné le DES de Médecine Générale en 3 ans pour le futur.

Communiqué de Presse : Grève massive des Internes de Médecine Générale d’Ile-de-France

Paris, le 5 février 2015

Les internes d’Ile-de-France, unis sous un Front Jeunes Médecins, ont exprimé, mercredi 4 février 2015, leur mécontentement et leurs inquiétudes face au Projet de Loi de Santé tel que présenté actuellement.

Malgré des pressions inacceptables, exercées dans certains services hospitaliers, pour ne pas faire appliquer le droit de grève, les internes de Médecine Générale d’Ile-de-France étaient 55% à se déclarer grévistes, et environ 400 internes parisiens de toutes spécialités ont manifesté hier devant le Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et des Droits des femmes.

Reçu en délégation avec d’autres organisations, par les équipes de Mme la Ministre Marisol Touraine, le Syndicat Représentatif Parisien des Internes de Médecine Générale (SRP-IMG) prend acte de leur volonté de réécrire partiellement le Projet de Loi, dans une certaine forme de concertation.
En effet 4 commissions ont été créées récemment pour améliorer ce texte de Loi. En revanche et malheureusement, celles-ci auront eu moins de 3 semaines avant le dépôt du texte au Parlement le 15 février 2015, alors même que la version actuelle du Projet de Loi a été déposée en l’état au Conseil des Ministres il y a plus de 3 mois sans aucune concertation sur son contenu, jusqu’à récemment.

La réécriture d’un Projet de Loi de qualité demandant plus de temps que cela, le SRP-IMG maintient qu’il est nécessaire de reporter la date de l’examen du Projet devant le parlement.
S’il est favorable à la réécriture des autres articles de cette Loi, le SRP-IMG maintient néanmoins sa position sur la suppression complète des notions de tiers payant généralisé (article 18) et de déclinaison régionale de la Convention Médicale (article 41).

Les internes de Médecine Générale d’Ile-de-France, médecins de demain, sauront rester vigilants, n’excluant pas de reconduire ce mouvement de grève dans un futur proche, en l’absence d’engagements concrets de Mme Touraine sur leur avenir professionnel, ainsi que sur celui du système de santé français.

Pour le SRP-IMG,
Stefan Neraal, Président du SRP-IMG, president@srp-img.com, 06 31 56 14 93
Sandra Hénocq, Vice-Présidente chargée de la Communication, communication@srp-img.com

Communiqué en PDF : CDP SRP-IMG 05022015

Communiqué de Presse : Les Internes de Médecine Générale d’Île-de-France mobilisés contre la Loi Santé

Paris, le 2 février 2015

Ce mercredi 4 février 2015, les Internes de Médecine Générale d'Île-de-France, représentés par le Syndicat Représentatif Parisien des Internes de Médecine Générale (SRP-IMG) seront en grève. Celle-ci est reconductible.

Bien que la Loi Santé apporte des solutions notables en matière de prévention, celle-ci leur paraît une menace pour les patients, pour les professionnels de santé, et pour le système de soins français.

Forts de leurs propositions, le SRP-IMG ainsi que l'Inter Syndicale Autonome et Représentative des Internes de Médecine Générale (ISNAR-IMG) en demandent la réécriture partielle, ainsi que la suppression complète des articles 17 (concernant le tiers payant généralisé) et 41 (concernant la régionalisation de la convention médicale).

Le SRP-IMG et l'ISNAR-IMG prennent bien note des groupes de travail créés par le Ministère de la Santé, mais demandent qu'à ce titre, l'examen de la Loi devant le parlement soit reporté afin de permettre une vraie concertation avec tous les professionnels impliqués, ainsi qu'avec les usagers, concertation jusque là absente dans l'élaboration de cette loi.

Les Internes de Médecine Générale d'Île-de-France sont notamment très inquiets du pouvoir grandissant de mutuelles et assurances santé sur l'offre de soins que leur donne cette Loi. Ils demandent également que la préservation de la liberté de choix du médecin par le patient, ainsi que la liberté d'installation des médecins soient inscrites dans la Loi.

Le SRP-IMG exige donc des garanties concrètes du Ministère de la Santé sur ces sujets, et restera à la fois mobilisé, uni et à l'écoute, dans cette attente.

Pour le SRP-IMG,

Stefan Neraal, Président, president@srp-img.com, 06 31 56 14 93

Sandra Hénocq, Vice-Présidente chargée de Communication, communication@srp-img.com

Communiqué en PDF

Communiqué de presse : Le Ministère de l’Enseignement Supérieur donne raison aux syndicats d’internes de Médecine Générale !

Lors du semestre d'hiver 2013/2014, un certain nombre d'internes n'ont pas été validés de leur stage pratique (ambulatoire ou hospitalier) pour des raisons universitaires.

Le SRP-IMG avait alors demandé à l'ISNAR-IMG une interprétation réglementaire au Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la recherche. Ce dernier a rappelé que la validation des semestres pratiques (les stages) était indépendante de la validation des semestres universitaires (les enseignements, traces, thèse, ...).

Nous avons donc réalisé un Communiqué de Presse pour bien informer tout le monde de l'importance de la validation de ces deux semestres différents, à importance égale.

Toutefois, si nous nous réjouissons que le Ministère demande la re-validation des internes, nous n'insisterons jamais assez sur l'importance de pouvoir prendre les 2 demies-journées de formation hebdomadaires, prévues dans notre statut, afin de poursuivre notre formation, qui doit se faire à la fois sur un plan pratique et universitaire.

Plus d'informations sur notre Communiqué de Presse.

Le Bureau du SRP-IMG

Communiqué de presse : Les internes de médecine générale en Ile de France insultés !

COMMUNIQUE

Les internes de médecine générale en Ile de France insultés !

 

Paris le 27 mars 2014

Le SRP-IMG, Syndicat Représentatif Parisien des Internes de Médecine Générale d’Ile de France, condamne avec la plus grande fermeté la manière dont ont été traités les internes de médecine générale lors du choix des postes du semestre d’été 2014.

En effet, outre la parution des postes ouverts aux choix moins de 72h avant le début de la procédure et la suppression des postes d’internes sans aucun discernement pédagogique, l’amateurisme avec lequel le nombre de postes ouverts a été sous estimé est la preuve d’un mépris intolérable envers les futurs généralistes.

 

Ainsi, nous demandons à l’avenir que :

  • le SRP-IMG participe aux décisions de création et de suppression de postes dans les services sur des critères pédagogiques
  • le nombre de postes ouverts aux choix soit au moins supérieur de 50 postes au nombre d’internes afin de laisser une plus grande liberté de choix
  • le directeur général de l’ARS-IDF rencontre chaque année le SRP-IMG pour que soit représentée la vision des internes en médecine générale sur leur internat et leur futur profession.

 

Anouck Mintandjian
Présidente du SRP-IMG
president@srp-img.com
06 31 56 14 93

Matthieu Piccoli
Porte Parole du SRP-IMG
communication@srp-img.com

Stefan Neraal
Vice Président en charge de la Communication du SRP-IMG
communication@srp-img.com

Communiqué de Presse : Les internes de médecine générale privés de thèse !

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Les internes de médecine générale privés de thèse !

Paris, le 9 décembre 2013

Le manque criant de professionnels de santé installés a conduit chaque année, depuis 2004, à une augmentation du nombre d’internes en formation : à ce jour, pas loin de 2000 futurs professionnels sont en cours d’internat en Ile-de-France.

Comme pour tout doctorat, ces internes doivent valider une formation pratique et théorique qui se conclut en 9ème année par une thèse, indispensable à leur installation.

Or, depuis plusieurs années, la coordination de l’internat de médecine générale en Ile-de-France, responsable de la bonne qualité de formation des futurs généralistes, ne dispose pas des moyens suffisants pour assumer sa lourde tâche pédagogique.

Du fait de ce manque de moyens et de l’absence d’un secrétariat dédié, de nombreux internes ne peuvent plus soutenir leur thèse.

Ce sont donc plusieurs centaines de futurs médecins généralistes qui sont empêchés de s’installer par un manque de moyens alloués par l’Agence Régionale de Santé !

En conséquence, le SRP-IMG demande que les soutenances de thèse puissent reprendre dans les meilleurs délais et appelle l’Agence Régionale de Santé à prendre ses responsabilités en finançant un secrétariat pédagogique dédié aux internes de médecine générale.

Pour le SRP-IMG

Anouck Mintandjian, Présidente

Matthieu Piccoli, Porte Parole